Archives du mot-clé deuil

Les feuilles d’automne

Je viens de faire quelque chose que l’on devait faire il y a longtemps déjà. Quelque chose que l’on a procrastiné pendant des années. Quelque chose que l’on n’était sûrement pas prêtes à faire avant maintenant, avant l’ultimatum des 5 ans. Lire la suite

Des signes de toi, ici et là

 

redbubble
english version here

Ces longs mois de convalescence et d’immobilité forcée m’amènent à passer beaucoup de temps à réfléchir et penser. En me souvenant de mon Petit Soleil puis de tout le chaos suivant sa mort, Lire la suite

Même pas de bruit

Il y avait, à côté du puits, une ruine de vieux mur de pierre. Lorsque je revins de mon travail, le lendemain soir, j’aperçus de loin mon petit prince assis là-haut, les jambes pendantes. Et je l’entendis qui parlait: Lire la suite

L’hiver de mon chagrin*

 

fleurs

Comme autant de lumières

Il neigeait il y a deux ans. A mon réveil le lendemain de son dernier soupir dans nos bras,
je regardais par la fenêtre Lire la suite

Déluges de juin

street_art

Graffiti Paris 17

Que ce mois de juin est dur à vivre.
Il aurait dû avoir 18 mois, cet âge où l’on voit poindre ce que deviendra un peu sa personnalité. J’essaye de le chercher, de le retrouver dans chaque petit garçon que je croise même si souvent je ne peux m’empêcher de détourner le regard quand même. Lire la suite

I know who I am

Matthew Mc Conaughey

Rust- True Detective

Parfois, j’ai l’impression de devenir aigrie, amère. Je me dis que je finirai seule avec Honey et mes chats en vieille dingue qui fait chier tout le quartier et qui gueule sur tout le monde. Lire la suite

Les Terres Immortelles

automne

Pays de mes chimères- Bamboo/ArtRage- 2014-

C’est dans ce paysage que je te retrouve au calme, loin du monde, mon petit soleil.
Juste toi et moi.
Dans ces couleurs chatoyantes que je te serre fort contre ma peau.
Au pays de mes chimères.
C’est notre petit paradis alcyonien où mes rêves de toi reviennent à la vie.
Chacun de tes regards est une illumination, chaque souffle un bonheur de couleurs et cet amour maternel qui rayonne comme le feu d’Hélios.
C’est protégés par cette forêt imaginaire et ses âmes sylvestres que nous vivons notre vie rêvée des anges.
A l’abri du bruit et de la fureur que je te chuchote comme je t’aime.
Mon Soleil, mon fils, mon petit garçon.

15 måneder, Tillykke med fødselsdagen min søn !