Le poids du vide

Cinq ans, c’est comme un petit bilan, un bloc d’années qui permet notamment de mesurer l’évolution ou la régression de sa vie. C’est un pan de vie, on regarde dans un rétroviseur tout ce qui s’est passé, ou pas. À 5 ans on n’est plus un bébé, on est un enfant, qui grandit,
se développe et construit sa personnalité. En 5 ans, il y a des milliers de moments d’amour et de complicité, de rires et de pleurs aussi, des moments où l’on voit ce petit être se transformer et s’épanouir et où l’on réalise toute la responsabilité mais aussi toute la chance et le miracle de pouvoir donner la vie et de la nourrir au quotidien. C’est tout ce que je manque et que nous ne vivons pas, mon fils et moi, l’amoncellement de tous ces moments qui font de la relation avec son enfant un amour unique et infini (comme elle devrait l’être en tout cas).
Cette année, j’ai l’impression de me prendre tout ce poids dans la face et d’être écrasée par tout ce que j’aurais dû vivre avec lui durant ces 5 ans. C’est lourd et ça fait très mal. Paradoxalement, ça intensifie le vide de son absence aussi et le terrible manque de lui qui me fait sentir creuse et aride. Le temps n’adoucit rien cette année, au contraire, il s’aiguise et me transperce en plein cœur. Je regarde derrière moi il y a 5 ans, je me revois tout sourire, au seuil du bonheur, la porte entrouverte sur une vie dont j’avais toujours rêvée et qui d’un courant d’air s’est claquée sur tous mes rêves et mon bonheur. 5 ans après, je suis toujours devant cette porte, sans clé, pendant que les portes de tout le monde s’ouvrent à leur guise. Tous ont l’air d’avoir des pass universels et moi, je dois trouver le Graal qui ouvrira la mienne.
Je l’ai cherché en France, en Belgique, en Espagne et en Grèce, j’ai fait des milliers de kilomètres, dépensé des dizaines de milliers d’euros pour me retrouver dans cette étendue désertique sans même une oasis, juste deux mirages. Je continue pourtant de chercher et de marcher, souvent sans conviction, je m’égare parfois, je fais demi-tour, je m’embourbe, je fatigue, j’ai soif, j’ai mal aux jambes, j’en ai surtout marre de marcher pour rien et pour certainement aller nulle part…c’est encore loin Grand Schtroumpf ??
Je suis pareillement lasse d’être toujours celle qui n’a jamais de bonnes nouvelles à annoncer ou ne va pas bien. À un moment, il n’y a même plus rien à dire et les mots deviennent inutiles et vains, je les ai répétés mille fois. Rien ne change et je n’ai pas envie d’accabler les autres quand je me déprime moi-même d’être aussi triste et apathique. Je n’arrive pas à faire d’effort ou simuler, tant pis. Je rêverais d’être une marmotte hibernante, passer des mois dans le silence et l’obscurité, sans voir personne ni parler pour me réveiller revigorée aux premiers rayons du soleil avec l’espoir de jours meilleurs ou ne serait-ce même qu’un seul jour, comme toi dans
ma vie.
Je t’aime mon petit garçon-soleil, aussi fort que la douleur de t’avoir perdu ❤

4 réflexions au sujet de « Le poids du vide »

  1. Silly Rose

    Continue de parler. Tu sais l’importance des mots pour briser le silence et l’oubli. Tu as même créé des messages pour aider ceux qui ne trouvent pas les mots. Tu es la voix de tous les parents qui pleurent la perte de leur petit. Et la voix de tous ceux auxquels ce malheur pourrait arriver. De tous les parents.

    Répondre
  2. Fleur

    Beaucoup d’émotion dans vos articles que je lis avec soin. Les mots me manquent mais je voulais vous remercier pour vos écrits, votre partage d’émotion. Je vous souhaite sincèrement de trouver de l’apaisement et de la douceur.

    Répondre
  3. fannie

    Ce n est jamais pesant de te lire, de t écouter. Et je suis la si tu veux le faire. Je pense a toi, a vous de tout mon coeur, révoltée en colère triste. Impressionnée par ta force de vie, ton amour, ta générosité.

    Répondre
  4. mamanfwoggie Auteur de l’article

    Merci mucho Rose, Fleur et Fannie, vos mots me touchent beaucoup, ce sujet n’est pas très populaire alors si ça peut atteindre et faire réfléchir quelques personnes, ce sera déjà ça… ❤

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.