De retour d’Athènes ou Le retour aux sources.

Parties de Paris au lever du soleil, sous la grisaille et l’interminable pluie. De la Suisse à l’Albanie avant de plonger dans la fournaise athénienne. Passé le choc thermique, le corps se réchauffe,
les muscles se détendent, un sourire se dessine, naturellement. J’absorbe cette chaleur qui semble libérer un calme intérieur surprenant. Les rails du métro à travers des milliers d’oliviers. Combien de temps mettrait-on pour ramasser ces milliards d’olives ? Puis le bruit de la ville, la circulation, les taxis jaunes, les klaxons et cet alphabet énigmatique comme déjà une poésie.
L’AirBnb, oasis de verdure et de tranquillité au milieu de l’agitation urbaine. Oh putain comme on va être bien le soir dans le jardin ! Mais pas le temps de se poser, plan à la main, quelques rues plus loin, des chats errants et la clinique. Temple de verre.
Des sourires, de la gentillesse, des fauteuils confortables et l’air conditionné. En attente de LA rencontre. Penny, directrice et embryologiste de la clinique. Célébrité parmi le « FertilityWeb ».
Premier contact, brillante, attentive, empathique, avant-gardiste, rassurante, experte, notre déesse de l’Espoir ! Un protocole médicalisé déjà richement étudié et réellement personnalisé
à compléter par les examens à venir puis échographie de routine et stupéfaction générale ! Endomètre de compétition pour Honey, la perfection en cycle naturel post-fausse-couche !!
Bon ben va falloir repenser le protocole médicalisé après tout, votre endomètre « au naturel » ne peut pas être plus parfait que ça ! Deuxième protocole rédigé, en cycle naturel. Dialogue, questions, réponses, explications. Honey rassurée par son corps et totalement mais agréablement surprise. Taxi jusqu’à l’hôpital pour les examens de la pré-admission de l’hystéroscopie du lendemain. Super organisé. Pas d’attente pour Honey pendant que je tente de déchiffrer chaque affiche, chaque papier imprimé, Tiens, il y a des similarités avec l’alphabet cyrillique…je vais peut-être pouvoir m’en sortir ! La chaleur du soir enveloppe la ville et ses lumières, une grosse bougie dans le jardin, une salade tomates/fêta accompagnée de σπανακόπιτα (spanakopita), la détente après une journée marathon. Les corps sont fatigués mais les cerveaux surexcités. Une mine d’informations à traiter et l’analyse vient juste de commencer.

Réveil à l’aube une nouvelle fois. Nuit courte et agitée. Le taxi nous dépose devant le grand hall d’entrée de l’hôpital, la boule au ventre. Formalités administratives et Honey disparaît derrière les portes battantes. Ça sent l’hôpital, forcément. Que de mauvais souvenirs, évidemment.
Je ne suis pas à l’aise. Quelques heures devant moi et des grecs tout autour, des familles, des grand-mères au fichu sur la tête, des enfants sur leur tablette, une working girl au téléphone, des futurs pères et moi, lesbienne française mariée à mon américaine, réfugiée de l’infertilité et de la discrimination. Il faut que je sorte respirer, il est encore tôt mais il fait déjà 30°. Une clope pour accompagner mon cappuccino à l’ombre des palmiers. Ironie de la vie, c’est en regardant le terrain de jeux pour enfants que j’ai vu la petite chapelle, juste à côté. Je suis rentrée,
c’est une toute petite salle chargée de peintures et d’icônes. Tout était calme. Il n’y avait que moi et pourtant tant de présences. J’ai pris un long cierge jaune, les yeux mouillés. Je l’ai allumé pour Lui, mon petit dieu grec, mon Petit Soleil. Veille sur Mama mon petit bonhomme adoré,
je t’aime.
Je me suis assise à côté et j’ai pleuré en regardant les enfants jouer.
Retour en salle d’attente, les yeux bouffis mais le Wifi gratuit. Des nouvelles de l’Euro 2016 et des rumeurs du Barça. Love Meow et Tiny Kittens pour ma dose de niaiseries félines. Des mots croisés qui traînent sur la table en face. Mon guide de conversation, les lettres grecques,
mes décryptages, mes confusions, des papiers gribouillés éparpillés…. Fwoggy ? Madameuh Fwoggie ? Ah ben c’est moi. Honey est toujours ridiculement mignonne avec une charlotte sur la tête. Elle est vivante, elle va bien, elle me sourit sur son brancard. Oufffff !
Devant les portes des chambres de la maternité, des piles de cadeaux de naissance, bleu ou rose, uniquement. Une collation plus tard et les dernières démarches effectuées, Honey récupère quelques couleurs dans un taxi en route pour le débrief de l’hystéroscopie avec Penny à la clinique. Pas le temps de souffler.
En avant-première, Utérus le film, en sortie DVD uniquement. L’intervention a été filmée en micro-caméra. Quelques minutes stupéfiantes et incroyablement instructives ! On voit !
On ne se fie plus à ce que l’on nous dit mais on le voit sur un écran ! Des explications précises et claires. Inflammation dans l’utérus et les trompes et l’endomètre est recouvert d’une couche de tissus morts que le chirurgien a micro-coupé à maintes reprises pour aller libérer la vascularisation étouffée par cette couche blanchâtre ! Wooooouuuuuaaaaaahhhhh !
Une clinique pionnière, un chirurgien habile, une technique d’avant-garde et une élucidation incroyable ! Les micro-coupures effectuées et les tissus morts nettoyés, la vascularisation est maintenant visible. L’endomètre est réparé ET préparé ! On est contentes qu’ils aient trouvé quelque chose, on l’espérait même. Bien sûr, ce n’est pas une garantie de succès à 100% pour les prochains transferts mais sans cette technique, on aurait pu continuer longtemps pour le même résultat. Il semblerait bien que l’on ait enfin cette satanée explication à tous ces échecs. Quelle immense satisfaction après tant d’années de questionnements ! Et la joie de Penny de nous donner cette réponse synonyme d’espoir ravivé ! Soulagées et d’une certaine façon libérées d’un poids, sûrement celui de l’ignorance. Protocole modifié, précisions apportées, explications détaillées, suggestions avancées, on se sent considérées et notre parole prise en compte. On repart de la clinique sous les sourires amusés de notre grec balbutiant, de toutes les adorables Penny’s Girls, un sac énorme de médicaments à la main. Traitement post-hystéroscopie et en prévision, traitement pré-transfert. Ευχαριστῶ πολύ !!! Merci beaucoup !!!
De retour dans notre jardin, on se pose enfin en début de soirée. Consultations et examens achevés, des heures de discussion et de recherches frénétiques sur le web vont maintenant commencer avec Honey. Notre debrief en couple.

Libérées de la tension des derniers jours et à l’abri de la chaleur devenue étouffante, on n’a émergé de notre oasis qu’en fin d’après-midi le lendemain. Le métro jusqu’au temple de Zeus, traversée de Πλάκα /Pláka pour finir à l’Acropole. Ce n’est pas tant que le monument est beau mais c’est l’atmosphère l’entourant. Le Respect qui s’impose, le poids de l’Histoire, de la civilisation débutante, des racines profondes. L’Humanité. La Philosophie. La Mythologie.
On se sent minuscule. Nos réflexions existentielles n’ont pas duré bien longtemps quand
Honey a repéré d’un œil avisé un chat errant qu’elle s’est empressée de caresser et réconforter. D’autres sont alors sortis de leur cachette, se frottant contre nos jambes et se roulant parterre. Où est-ce qu’on va pouvoir acheter des croquettes ici ??? mais une jeune bénévole est arrivée pour les nourrir. Comme on participe à programme de TNR (Trap, Neuter, Release)* en Colombie-Britannique au Canada, on a longtemps discuté avec elle de chats courtois et de gens sauvages et de son association Nine Lives. Cela faisait bien une demi-heure que l’on papotait quand quelqu’un m’a hélé à quelques mètres. Ne connaissant évidemment personne à Athènes et n’étant absolument pas physionomiste, je n’ai bien sûr pas reconnu la personne qui me faisait signe et ça se voyait. You were at the clinic yesterday ! We met there **! Ah ben oui, peut-être, sûrement même, aucune idée de qui sont ces gens mais eux me reconnaissent…Ah ben Honey ne les reconnaît pas non plus, bon…Quelques minutes après on était en train de parler endomètre, progestérone et protocoles médicaux à de parfaits inconnus anglais face à l’Acropole entourées d’une demi-douzaine de chats ! Finalement on a quitté anglais, chats et Acropole pour un yaourt grec glacé dégusté dans un taxi qui nous ramenait vers notre cocon athénien. Gyros végétarien et poulet Souvlaki achetés pour le dîner. Des larves devant l’Euro 2016 commenté en grec puis valises à préparer, médicaments dans chaque recoin et départ le lendemain matin.

Séjour très intense physiquement et émotionnellement et très bizarre aussi mais un bon bizarre. Le contact avec cette nouvelle clinique a été formidable et Penny nous a enfin donné des réponses ET des solutions que l’on a pu VOIR. Alors évidemment, notre espoir est grandement ranimé même s’il va falloir le pondérer pour se protéger mais je sens quelque chose…le séjour a tellement été ponctué de bizarreries, de circonstances étranges liées à notre fils, au futur… Et puis même si on mettait les pieds à Athènes pour la première fois de notre vie et même si on n’arrive pas encore à déchiffrer toutes les lettres de leur alphabet, je ne me sentais pas étrangère à ce lieu, sans pouvoir l’expliquer. L’extrême gentillesse des gens y est peut-être aussi pour quelque chose, c’est toujours plus simple et agréable de cette façon. Mais voilà, il y avait une sorte d’aura spéciale sur tout ce voyage, une bonne aura. Alors maintenant j’ai peur de trop y croire.

*Capturer, Stériliser, Relâcher.

** Vous étiez à la clinique hier ! On s’est rencontré là-bas !

Merci INFINIMENT à tous celles et ceux qui ont déjà participé à notre cagnotte pour poursuivre notre rêve, il se rapproche grâce à vous ! ❤

si vous pouvez vous permettre de nous aider, ne serait-ce qu’un petit peu, cela sera sincèrement et grandement apprécié et le moindre cent sera consacré à la réalisation de notre rêve le plus ardent, avoir un autre enfant…mais vivant cette fois.
Pour participer à cette cagnotte, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous et de créer votre Espace Participant.
www.lepotcommun.fr/pot/pm8sryv6

Merci!

Publicités

3 réflexions au sujet de « De retour d’Athènes ou Le retour aux sources. »

  1. Carotte

    J’ai découvert votre parcours grâce à Julys et j’espère de tout coeur que vous pourrez réaliser votre reve. Je croise tous mes petits doigts 🍀❤️🙏🏻

    Répondre
  2. typhaine

    J’imagine a quel point ça doit être difficile d’avancer en équilibre entre la peur et l’espoir… Je vous souhaite encore de l’espoir et beaucoup de bonheur « made in Athènes ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s