Cry Me A River*

Expo Le Petit Prince- Paris - Mairie du Ve-

Expo Le Petit Prince- Paris – Mairie du Ve-

In this world, you have to be able to nod and smile and drink a pint, and say, « How was your day ? » In this world no one can be different or strange or damaged. Or they lock you up.
Dans ce monde, il faut être capable de saluer et sourire, boire une bière et dire « Comment a été ta journée ? » Dans ce monde, personne ne peut être différent, bizarre ou estropié. Sinon on t’enferme.
River. BBC One.

Ou comment résumer le sentiment de toute une vie.
Je me suis toujours sentie décalée dans ce monde au milieu de tous ces gens que je ne comprends pas. Je ne rentre pas dans les cases qu’on veut m’attribuer. Petite, adolescente ou adulte, dans ma vie privée ou professionnelle, j’ai toujours cette même impression de me sentir à part, inacceptable et inacceptée. De ne comprendre personne et réciproquement. Je pourrais me sentir bien isolée et solitaire si je n’avais pas trouvé quelques personnes similaires avec lesquelles la communication et la vie sont si évidentes.
Mais hors de mon univers, je ne comprends pas grand-chose. Je ne peux rien partager avec
la majorité des gens, Je ne suis pas et je n’ai pas ce qu’ils attendent de moi.
Et ça, c’est inadmissible pour eux.
Hormis des repères de Bien et de Mal, mes parents m’ont toujours laissé la liberté de m’épanouir comme je le souhaitais. Ils n’ont jamais entravé ma personnalité grandissante et même si je n’étais pas comme tous les autres enfants, ils se sont adaptés, sans jamais me juger. Tout n’a pas été simple ni sans heurts mais au final, ils m’ont toujours et totalement laissé devenir ce que je suis aujourd’hui. Je prenais de petits chemins à droite à gauche tandis qu’ils m’attendaient sur la grande route. Je leur voue d’ailleurs une éternelle reconnaissance pour cette chance inouïe.

Being different is my biggest chance and my biggest curse.
Être différent est ma plus grande chance et ma plus grande malédiction.
River. BBC One.

Mais au fur et à mesure des années, cette différence bon enfant s’est confrontée à un monde cloisonné et aseptisé où TOUT doit être à une place donnée. Et c’est là que ça a merdé.
Quand je regarde un arbre, je ne vois pas qu’un tronc et des feuilles, je vois toute la vie qui s’agite autour, le ballet des oiseaux, le fourmillement des insectes, le cœur de l’arbre qui bat,
les feuilles qui respirent, le soleil et les ombres, les cicatrices du tronc et ses douleurs,
les dizaines ou les centaines d’années qu’ont vu passer cet arbre, le mélange des couleurs,
la métamorphose, la perspective etc. Je vois et ressens tout ça et plus. J’absorbe tout, la nature, les mots, les gens, les animaux, les sentiments, l’environnement et parfois même l’au-delà,
je ne sais pas faire autrement. Les autres ne peuvent pas comprendre ce qu’ils ne voient pas,
ce qu’ils ne ressentent pas. Ils en ont généralement peur. Celui qui voit devient vite un problème insupportable pour tous ceux qui ne voient pas.

Madness can bring its own clarity.
La folie peut amener sa propre clarté.
River. BBC One.

Dans ce monde, la haine est légitimée, la méchanceté encouragée, l’injustice admise, l’honnêteté dépréciée, la normalité déterminée… Il n’y a plus de place pour la différence,
la loyauté, la vérité, la bonté, la compassion ou si peu. Je ne sais pas comment on en est arrivé là. Je suppose que tous ces raffuts font vendre, acheter, consommer…qu’est-ce que j’en sais après tout ?
La plupart du temps je ne peux même pas comprendre comment les gens fonctionnent, comment leur conscience est-elle en aucun cas affectée par leurs si basses actions, comment peuvent-ils continuer de vivre comme si de rien n’était, comment peuvent-ils encore respirer sans suffoquer de leur propre mépris, de leurs sales dégueulasseries. Quand on n’est pas comme eux, on est un extraterrestre au mieux, un ennemi à éliminer au pire. Entre, on est bien souvent quelqu’un qui dérange, qui s’offusque d’un rien, mais qui est de toutes façons bizarre dans sa tête. Tellement bizarre…

From the fortune cookie that River opens : « Do not go where the path may lead. Go where there is no path and leave a trail ».
Dans un fortune cookie que River ouvre : «  Ne va pas où le chemin te mène. Va où où il n’y a pas de chemin et laisses-y une trace ».
River. BBC One.

Ce monde est tellement inconfortable pour moi. J’y suis physiquement mais je dois m’être trompée de planète ou peut-être d’époque. Je suis déconnectée de tous ces millions de gens autour de moi et déphasée par une réalité qui ne me correspond pas. Le deuil de mon bébé m’a encore un peu plus éloignée. Je suis simplement inadaptée et certainement inadaptable.
Je me suis souvent sentie seule au monde, comme lâchée dans une fosse aux lions, un simple bâton comme défense. Depuis, à force d’observer et analyser, je peux souvent me défendre dans de longs et épuisants combats. Parfois je ne suis pas assez forte et on n’est jamais assez nombreux pour lutter. Je prends alors les chemins de traverse pour y échapper parce que je n’ai pas le choix. J’ai la chance d’être accompagnée de quelques personnes semblables,
certes nous ne sommes pas nombreux mais au moins je ne me sens plus seule au monde et
je ne me sens plus folle. Je sais qu’il existe d’autres chemins comme il existe de petites ruelles inconnues à Paris où le temps et la pourriture n’ont pas d’effet. Il suffit de s’arrêter et regarder.

River- BBC One TV Show– A voir de toute urgence !
http://www.cocostreaming.com/streaming-river-saison-1-vostfr-51899.html

*version Ella Fitzgerald !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Cry Me A River* »

  1. typhaine

    Ton texte m’a fait pensé à cette chanson de Jean Leloup, Le Dôme… tu connais?

    (désolée, je n’ai pas trouvé de version sans les images un peu douteuses.)

    Répondre
  2. yael

    Et c’est cette « différence » qui fait que j’ai tant de plaisir à te lire, que tes mots sont limpides, claires, transparents, vrais, justes …
    Je pense que tout le monde à en lui cette capacité de voir les choses belles, unifiées, cette petite part de merveilleux et de sacrée qui nous relie, toutes, tous, minéraux, plantes et animaux …
    Mais la plupart l’ont oublié ou étouffé, courbés par la vie.

    Quand on te lit, ça réveille ça, alors merci.

    Répondre
    1. mamanfwoggie Auteur de l’article

      Merci beaucoup Yael, ce blog est mon espace de liberté où je peux m’exprimer sans vraiment de contraintes alors ça fait du bien de voir des gens apprécier. Encore une fois, on se sent moins isolé et ça redonne espoir en un monde différent et parallèle ! Merci à TOI! ❤

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s