Un autre monde


3 ans sans matins qui gazouillent, sans rires d’enfant, sans un bruit.
J’ai fini par comprendre qu’il n’y aurait aucune justification à la mort de mon fils, aucune raison existentielle. Je ne peux toujours pas accepter sa mort, j’accepte juste que cela se soit passé, c’est déjà beaucoup.
Aujourd’hui mon petit garçon, je veux juste me rappeler de ce bonheur infini jusqu’alors inconnu de t’avoir tenu dans mes bras. Cette émotion intranscriptible d’avoir découvert ton si beau visage et cet amour gigantesque qui s’est libéré dans mon cœur pour toi et ta mama.
Je veux juste me souvenir de cette magie, même éphémère, qui m’a ouvert les portes d’un nouveau monde et m’a fait devenir autre, meilleure peut-être. Je n’ai pourtant aucun mérite, c’est uniquement grâce à toi et ta lumière. Je ne saurais jamais comment expliquer tout l’amour que je te porte, combien ta naissance a réellement été le plus beau jour de ma vie, je peux juste te dire que ces émotions uniques restent intactes. Si mon cerveau ne peut y mettre des mots, mon corps se souvient de tout, de ce tourbillon enivrant prenant possession de tout mon être intérieur, de tous les crépitements de mes tripes qui parfois faisaient même un peu mal et puis toute cette explosion incontrôlable qui a envahi mes entrailles et mon cœur, comme des milliers de salves de bonheur absolu. Mon cerveau incrédule dépassé et un déluge de vagues chaudes et douces s’abattant avec béatitude sur tous mes organes. Violemment heureuse comme dirait Björk.
Tout est gravé à jamais, toutes ces heures passées à calmer tes pleurs, à te parler, te bercer,
t’embrasser et te serrer dans mes bras, mon tout petit. J’aurais connu cet amour et ce bonheur si violents, absolus, bruts et primitifs. Tu m’as fait accéder à une autre dimension, la clarté et pureté de l’amour infini. Tu seras pour toujours mon petit magicien aux cheveux d’or qui d’un coup de baguette magique, aussi fulgurant que puissant, a transformé à jamais ma vie et mon être.
Aujourd’hui, nous nous perdrons dans les quartiers de Lisbonne, entre azulejos et air de fado,
en quête de magie et de beauté pour tenter de surmonter ce chagrin aussi immense que notre amour pour toi. Le temps n’érode en rien la vivacité de la douleur, le choix de continuer à vivre la façonne. Notre cadeau d’anniversaire est d’aller chercher de petits bonheurs dans les ruelles sinueuses de l’Alfama, une bouchée de pastel de nata, quelques mots et regards échangés avec une vieille femme lisboète ou la caresse d’un chat errant dans le Bairro Alto. Cette envie de découvertes et curiosité de l’inconnu qui rend notre vie plus riche et notre cœur plus ouvert.
Nous nous tiendrons la main avec Mama, comme depuis le début et si nous vacillons, nous ramperons encore et toujours jusqu’à nos rêves, jusqu’à te retrouver, quelque part.

Feliz aniversário meu principezinho ! ❤

You know what I find interesting? If you lose a spouse, you’re called a widow, or a widower.
If you’re a child and you lose your parents, then you’re an orphan. But what’s the word to describe a parent who loses a child? I guess that’s just too fucking awful to even have a name

Tu sais ce que je trouve curieux ? Quand on perd une épouse ou un mari, on devient une veuve ou un veuf. Quand on est un enfant et que l’on perd ses parents, on devient alors un orphelin mais quel est le mot qu’on utilise pour un parent qui perd un enfant ? J’imagine que c’est juste si effroyable qu’il n’en existe aucun.
Brenda, Six Feet under, S1 E09, 2001, HBO.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Un autre monde »

  1. Lulu

    Des pensées vers vous deux et votre petit magicien. il n’y a pas de mot pour décrire la monstruosité de cette perte immense. C’est sans nom. Puissiez-vous retrouver des moments de douceur à Lisbonne.

    Répondre
  2. Panambi

    Je pense a vs et demain sera comme depuis trois ans un jour particulier lorsque je regarde nos enfants.
    Sachez qu on ne vs oublie pas, il y a trois ans j ai pleure pour vs, je me rappelle, j etais enceinte et je pleurais comme une madeleine dans ma voiture, partageant un peu votre chagrin ayant partager votre joie la veille.
    Lorsque je regarde notre cadette j y vois toujours un peu de Petit Soleil.
    Demain, j allumerai une bougie comme chaque annee et quand notre ainee me demandera pourquoi, je lui repondrai pas pour quoi mais pour qui. Un petit ange trop vite envolé.

    Répondre
    1. mamanfwoggie Auteur de l’article

      Merci beaucoup Typhaine, imaginer de petites bougies qui brillent pour lui un peu partout dans le monde est un joli sourire. Pensées aussi pour un petit cousin marcassin ❤

      Répondre
  3. Silly Rose

    Oui on a beau le retourner dans tous les sens depuis 3 ans, il n’y a pas eu de médaille à ce revers, ni de bien pour ce mal, ni le bon à toute chose de ce malheur…Mais votre Petit Soleil n’a pas été réduit à néant ni à l’oubli et continue de grandir en vous et en nous qui vous aimons tant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s