Les doigts d’une main

 

Main Hopi

Main Hopi

Toute ma vie, je n’ai jamais eu beaucoup d’amis. Peut-être parce que je suis de nature timide et plutôt introvertie. J’ai toujours observé plutôt que participer, même très petite. Être insultée de gouine, grosse ou même punk(?!?) au collège et lycée n’a aussi certainement pas aidé. Grandir avec cette haine quotidienne mais le respect de moi-même m’a aussi sûrement rendue plus exigeante en amitié. Être différente a fait un tri naturel. J’ai toujours préféré rester honnête envers moi-même plutôt que de faire semblant pour m’intégrer, le regard des autres m’importe peu au final.

Depuis la mort de mon fils, peut-être que mon niveau d’exigence en amitié a augmenté mais je crois seulement ne plus supporter qu’on fasse semblant avec moi. Je ne peux bêtement plus faire l’effort d’y croire. Simple dommage collatéral de la mort de mon bébé, tout le monde fait semblant que tout ira toujours bien et puis non, tout ne va pas toujours bien. Mon fils est mort et ça c’était bien réel même si j’arrive parfois à en douter encore au tréfonds de ma douleur. Avoir pris la pure réalité dans la gueule fait que je ne vois qu’à travers elle maintenant. Comme si je voyais les gens à nu tout le temps et je ne le fais même pas exprès. Alors peut-être que oui, c’est ça mon exigence, l’honnêteté et la transparence.

Je ne veux pas d’amis qui feraient des choses pour moi juste par souci du regard des autres ou qui agiraient pour mon bien par seul confort pour eux-mêmes. Mes amitiés sont des espaces de liberté et de confiance et si j’osais, de pureté même. C’est un espace sûr libéré des parasites des relations humaines, pas de jeu de séduction, de jalousie ou de conflit d’intérêts, non, juste le bonheur d’échanger et de se comprendre, sans tabou.
Je peux me livrer à mes amis (et réciproquement j’espère !) sans auto-censure et leur dire mes pensées les plus sales parfois car je sais qu’ils écouteront et comprendront, qu’ils ne me jugeront pas même s’ils ne sont pas d’accord. Ils essaieront de se mettre à ma place d’abord et j’écouterai leurs conseils car je sais qu’ils ne me mentiront pas.
Établir une relation vraie, respectueuse et sincère en amitié est un minimum, comment faire autrement et quel en serait alors l’intérêt?
Tenir compte de l’autre avant ses propres intérêts, être là prêt à entendre les pires maux comme les plus belles joies, sans arrière-pensée, sans faux-semblants, se réjouir simplement comme pleurer de concert, ramener à la réalité quand tout s’évapore et se dire qu’on s’aime. Essentiellement.
Alors même si mes amis se comptent sur les doigts d’une seule main, c’est une très belle main que je chéris et remercie chaque jour. Je vous aime.

 

 

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les doigts d’une main »

  1. Chantal

    Je t’aime pour ton honnêteté
    Je t’aime pour tes coups de gueule
    Je t’aime pour ta simplicité
    Je t’aime pour ta sensibilité
    Je t’aime quand tu ris
    Je t’aime quand on pleure
    Je t’aime avec ta robe fourreau
    Je t’aime pour ton courage
    Je t’aime pour tes doutes
    Je t’aime pour ta rage
    Je t’aime pour nos fous rires
    Je t’aime pour les séries …que tu me donnes le lundi
    Je t’aime pour ta présence
    Je t’aime à l’infini
    Je suis riche de toi
    Merci l’amie

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s