L’hiver de mon chagrin*

 

fleurs

Comme autant de lumières

Il neigeait il y a deux ans. A mon réveil le lendemain de son dernier soupir dans nos bras,
je regardais par la fenêtre et je voyais les flocons tomber comme de mon cœur maintenant figé comme la glace. J’avais vue aussi sur la chambre d’un couple et de leur nouveau-né, en pleine santé lui. J’ai alors entendu et senti tout mon être se briser encore un peu plus, comme si ça avait été possible. Il fallait que je me prépare à aller à la mairie déclarer la naissance de mon fils, mort il y a quelques heures. Je me rappelle cette sensation de vide absolu. Ce vide total, absolument silencieux, infiniment vide. Puis cette envie de mourir à l’instant même.
Foudroyée aussi.

Il y a 1 ans, nous avions eu de nombreuses cartes, fleurs et messages pour son anniversaire.
Cette année, il n’y a qu’un seul bouquet, qu’une seule carte.
Nos propres familles n’ont pas vraiment jugé utile de célébrer son 2e anniversaire et les témoignages d’amitié et d’affection de notre entourage se sont encore considérablement appauvris. Il faut croire qu’après 2 ans, les gens sont définitivement passés à autre chose
(ou s’attendent à ce qu’on le soit). On a tellement perdu d’amis et de famille quand notre petit soleil s’est éteint que l’on croyait niaisement que les gens encore là après presque deux ans, resteraient maintenant avec nous jusqu’au bout mais cette naïveté-là aussi vient de s’envoler.
2 ans après, nous continuons d’être évitées et isolées et donc blessées et déçues, toujours encore un peu plus. Comme si le deuil ne suffisait pas, il y a l’abandon. Sans raison.
Toujours sans explication.

Pourtant et heureusement, certaines personnes, le plus souvent sans même réellement nous connaître, ont pris le temps et le soin de s’arrêter un moment pour penser à notre petit prince et nous réchauffer un tant soit peu le cœur en ces semaines si difficiles. Nous avons eu plus de témoignages d’attention, de soutien et d’affection de la part d’inconnues de la blogosphère & cie que de gens connus dans la vraie vie. En fait, excepté dans le cercle extrêmement intime d’une poignée de personnes, c’est uniquement sur ce blog que mon fils existe, que je peux raconter et dire sans effrayer et que l’on peut m’en parler sans crainte et parfois même avec joie.
Sinon c’est un tabou, une omertà.
Alors aussi étrange que cela puisse paraître de remercier des inconnues pour des attentions que nos propres familles n’ont même pas eues, un immense et sincère MERCI à toutes.
Merci de nous avoir arraché un sourire ou même une larme juste en pensant à lui et surtout en nous le disant. C’est déjà tant dans ce désert solitaire et muet.

Merci aussi spécialement à ces quelques femmes d’exception venant de tout près, d’un peu plus au sud ou de l’autre hémisphère et qui se croient normales mais qui cachent un inestimable et rare trésor dans leur cœur. Merci de parler de mon petit soleil, de ne pas avoir peur de prononcer son prénom, de le faire vivre et de l’aimer à travers vos paroles et gestes.
Si pour vous, il n’y a rien d’extraordinaire à votre attitude, sachez que vous faîtes la différence.
Cette différence entre continuer le combat et rendre les armes une ultime et dernière fois. Merci ne saurait traduire mon émotion ❤

Le 13 décembre il y a deux ans, nous voyions un petit cercueil blanc et notre fils partir
pour toujours. C’est aussi Luciadag**, la fête des lumières en Scandinavie et l’occasion,
comme l’évoquait ma Silly Rose, de mettre une bougie à votre fenêtre comme autant de douces lueurs éclairant notre petit viking dans cette longue nuit noire. Je sais qu’il les verra.

* tiré de Khalil Gibran, Le Prophète
** Sainte Lucie en danois

mon petit prince et ses roses

mon petit prince et ses roses

Edit: Il est arrivé un bouquet de lumières et de senteurs de matin pour faire de cette grise et morne journée un arc-en-ciel de sentiments et d’amour. Merci si fort  ❤

fleurs petit prince

Le petit soleil des fleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

– Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes. Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides. Pour d’autres elles ne sont rien que de petites lumières. Pour d’autres qui sont savants elles sont des problèmes. Pour mon businessman elles étaient de l’or. Mais toutes ces étoiles-là elles se taisent. Toi, tu auras des étoiles comme personne n’en a…
– Que veux-tu dire ?
– Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !
St Exupéry, Le Petit Prince, Chap XXVI

Publicités

10 réflexions au sujet de « L’hiver de mon chagrin* »

  1. panambi

    tu sais je crois que la disparition de votre petit soleil, nous fait réaliser tous les jours combien nous avons de la chance de serrer nos enfants dans nos bras. Je prenais cette chose simple comme normale, acquise. J’ose à peine écrire tout cela, car selon l interprétation, on pourrait croire que je te jette mon bonheur au visage.
    J’ai pensé à votre soleil pendant toute ma deuxième grossesse, le jour de la naissance de ma deuxième fille et chaque jour depuis. La venue de notre grande nous avait paru normale, limite un dû. La naissance de la deuxième, nous est apparue comme un privilège, une chance inouïe, Un sentiment tellement de compassion et d’empathie à votre égard. Je ne peux m’imaginer ce qu’est de perdre son enfant, n’eut il été qu’un jour dans nos bras, une heure, une min, une seconde….depuis ses premiers battements de pied dans le ventre de ta compagne, tu avais un enfant, tu étais parent. Et en tant que parent, comme toi, j’en crèverai si l une de mes filles venait à disparaitre.
    L’année dernière j’étais au volant de ma voiture, je me rappelle précisément où, lorsque j’ai vue la date du 6 dec sur mon tableau de bord. J’étais enceinte, et j’ai pleuré. Pourquoi? je ne ressentais pas de douleur? non, parce que je trouvais que c’était dégeulasse, que personne ne devrait perdre son enfant.
    Cette année aussi j’ai pleuré…je n’avais toujours pas mal, et pourtant…j’ai pleuré.
    On ne se connait pas, mais moi, je connais votre blondinet…
    On ne se connait pas, et pourtant, je vois dans mes filles votre petit soleil grandir avec elles.
    Et demain, j’allumerai une bougie avec mes filles qui auraient été sans nul doute ses amies.

    Répondre
  2. typhaine

    Tes mots font vivre votre petit soleil au-delà des frontières. J’ai pensé à lui et à vous pour son anniversaire. Je penserai à vous demain, et aussi lundi, alors que je passerai par Paris où il semble toujours manquer un peu de lumière à cette époque de l’année… Bisous au petit soleil qui aurait dû éclairer vos hivers.

    Répondre
  3. bulle007

    J’imagine votre peine et depuis que j’ai découvert ton blog je pense souvent à toi, à lui.
    J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour vous aider à recoller vos coeurs.
    Je pense bien à vous.

    Répondre
  4. yael

    Une bougie s’est allumée dans mon cœur dés que j’ai ouvert les yeux.
    J’en allumerais une autre ce soir, dans la nuit de 20 heure ou que je sois.

    Répondre
  5. mamanfwoggie Auteur de l’article

    Notre petit soleil reste vivant grâce à vos paroles, à vos attentions et tout l’amour qui en rayonne, comme tant d’autres petites étoiles auxquelles nous pensons aussi tous les jours.
    Merci immensément de vous arrêter, d’écrire un petit mot ou un grand, merci de vos gentillesses et de vos pensées, vous nous touchez beaucoup et cela fait toujours du bien.:-)

    Répondre
  6. alwaysmy3boys

    It’s stark, isn’t it, the contrast in support and attention levels each year? I hate this notion that we ought to be « over it », that our children can simply vanish as far as some people are concerned.

    I always love that photo of your son, it’s just adorable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s