Hasta la vista, baby

 

ciel

Ciel d’octobre à Paris

Quand j’ai rencontré mon petit soleil lors de mon récent malaise vagal, tout me laisse à penser que j’ai, à ce moment-là, vécu une expérience similaire à la mort imminente. Je sais bien que des tas d’études scientifiques très sérieuses expliquent ce phénomène par une hyper-activité cérébrale suivant l’arrêt du cœur ; ce qui semblerait alors indiquer que la mort clinique interviendrait avant la mort cérébrale. Puisse alors la dernière émotion ressentie par notre petit soleil, être l’amour infini de ses mamans. Mais je ne suis pas scientifique, je ne sais même plus faire une division à 2 chiffres. Alors pour moi, l’explication est peut-être un peu différente et tant pis si c’est irrationnel ou fantasmé, la science n’explique pas toujours tout non plus.

Ça m’est arrivé aussi lors de la déclaration de naissance de mon petit garçon à la mairie, le jour d’après sa mort. Je me souviens parfaitement de tout ce moment, toutes ces heures,
de l’hôpital à la mairie avec ma Rose et mes parents pour me soutenir.
Mais en fait, je n’étais pas là. Mes souvenirs se déroulent exactement comme dans un film,
en tant que simple spectateur de ma vie. Je me vois moi-même, d’en haut comme si je flottais au-dessus des gens. Je me souviens des nombreux passage piétons et de mes parents accablés qui auraient donné leur vie aussi pour celle de mon fils. Je me revois assise, attendant mon tour, les mains de Rose dans les miennes puis répondre mécaniquement à toutes les questions de l’employée et ensuite de la noirceur du jour à la sortie de la mairie. Mais moi, mon être profond, ma conscience, je n’étais pas là. Mon âme et certainement une bonne partie de mon cerveau étaient absents. Je n’étais plus qu’une simple brume diffuse, une volute sans douleur, sans joie, sans émotion aucune. Comme si pour prévenir une mort imminente due à une trop grande douleur, mon cerveau s’était de lui-même mis en veille en me déconnectant de mes émotions et de ma conscience dirigeant uniquement mes organes vitaux.
Ce n’est pas le genre de sujet dont je parle facilement avec les autres (dans la vraie vie) mais
un jour, lors d’une conversation avec une amie, elle m’a raconté avoir vécu la même chose lors d’un épisode de sa vie particulièrement violent et traumatisant. Elle utilisait les mêmes mots, avait ressenti les mêmes sensations et avait éprouvé les mêmes émotions. Comme moi,
son cerveau s’était protégé de l’insupportable et de l’insoutenable en détachant la conscience de son corps. Ce n’est peut-être pas à proprement parler une mort imminente car dans ces cas, il n’y a pas eu réanimation ou mort clinique mais le fait d’expérimenter cela « vivant » rend
le phénomène encore plus troublant. D’autant qu’à mon retour de ces deux expériences,
je me souviens des mêmes caractéristiques de l’EMI (expérience de mort imminente), séparation du corps, flottement dans l’air, lumière, sentiment de paix totale et comme récemment, rencontre d’une présence, mon petit prince.

Loin de m’avoir fait peur, je me réjouis d’avoir pu vivre tout cela. Alors je ne sais pas si c’est
un mécanisme de défense de notre cerveau face à une menace de mort imminente ou si cela n’a trait qu’à de la chimie cérébrale savamment expliquée mais j’ai choisi ma vérité.
Parce qu’elle me convient, qu’elle est belle et qu’elle me rassure.
Si mon cerveau m’a évité une mort par douleur foudroyante aussi ce maudit jour de décembre, il m’a permis il y a quelques semaines, de savoir sans plus aucun doute que notre fils veille sur nous et que nous avons su déchiffrer ses multiples signes depuis son départ.
On peut me prendre pour une illuminée ou une égarée mais maintenant je suis sereine
et apaisée face à la mort, plus réfléchie et éclairée dans ma vie (même pourrie) mais surtout profondément bouleversée de joie triste et d’amour infini pour mon petit chaton, mon bébé, mon fils.

Je t’aime de tout mon être, tu l’as vu…<3

Publicités

4 réflexions au sujet de « Hasta la vista, baby »

  1. Silly Rose

    Ta photo est superbe, tes deux derniers post très forts. Ton petit Soleil venu te rassurer et te réveiller à la vie. Je ne te trouve ni illuminée ni égarée. Comme tu le dis, nous sommes loin de tout savoir et de tout pouvoir expliquer. Et encore moins le pouvoir d’un tel amour. Et où s’en vont ces petites âmes aussi pures. Toi tu l’as vu. Je t embrasse de tout mon coeur.

    Répondre
  2. mamanfwoggie Auteur de l’article

    Merci ma Rose, heureusement qu’il y a encore des choses qu’on ne peut expliquer, qu’on ne peut que ressentir ou voir dans des circonstances particulières. Alors à défaut de pouvoir serrer mon bébé dans les bras, je me sens en même temps si chanceuse de pouvoir, au moins, vivre ça… ❤

    Répondre
  3. yael

    ce Poème que j’aime pour toi, pour vous.

    J’ai regardé devant moi
    Dans la foule je t’ai vue
    Parmi les blés je t’ai vue
    Sous un arbre je t’ai vue

    Au bout de tous mes voyages
    Au fond de tous mes tourments
    Au tournant de tous les rires
    Sortant de l’eau et du feu

    L’été l’hiver je t’ai vue
    Dans ma maison je t’ai vue
    Entre mes bras je t’ai vue
    Dans mes rêves je t’ai vue

    Je ne te quitterai plus.

    Paul Eluard

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s