36841 mots plus tard

fleurs

Fleurs de mes nuits

Ce blog a 1 an aujourd’hui. Je l’ai commencé quelques mois après que notre petit soleil s’est éteint. Par besoin, désir, il fallait me vider le cerveau.
Je ne me retrouvais plus sur un forum communautaire débordant de joie et d’espoirs que je fréquentais jusqu’à sa naissance et il n’y avait de toutes façons pas de rubrique pour nous, les désenfantés. Trop tabou ? Pas assez de demandes ? Qui sait ?
Je n’ai jamais trouvé non plus de sororité de mamanges ou même de forums suffisamment engageants dans lesquels j’aurais pu partager et me sentir moins isolée. Je suis certainement exigeante et j’imagine aussi que les couples lesbiens bi-nationaux ayant perdu leur enfant à la naissance ne courent pas les rues ni même la toile.
Je n’ai pas vraiment souhaité consulter de psy pour diverses raisons alors pendant tous ces mois, mon cerveau a bouillonné jusqu’à l’épuisement et toutes ces pensées, ces colères, ces douleurs jamais ne s’exprimaient. Jusqu’à déborder et tourner dans le vide finalement.
J’ai alors dessiné un peu pour alléger ces peines et ces tourments puis je me suis remise à écrire ainsi créer un blog a été une voie salutaire autant qu’une voix autistique à ma self-thérapie. Un cocon protégé où je peux exprimer mes douloureuses pensées sans avoir peur d’être jugée et sans faire fuir les gens.
Un blog par égoïsme donc pour assainir mon mental, expulser mes pensées toxiques pour mieux les gérer et les analyser mais aussi par envie de toucher les autres, pleins d’autres.
D’abord, j’avais besoin de quel que contact que ce soit avec d’autres parents orphelins et surtout d’autres familles homoparentales désenfantées, des gens comme moi dans la même situation qui seraient les seuls à réellement me comprendre. Grâce à ce blog, des inconnues de l’autre bout du monde ou de l’autre côté de la France peuvent me tenir la main lors de moments difficiles. Elles savent, mes sœurs de chagrin.

Au début de mes recherches frénétiques de contact, je n’ai trouvé que si peu de blogs sur le deuil périnatal qu’il me paraissait également important de témoigner. Oui ça existe, non ça n’arrive pas qu’aux autres, oui il faut en parler, non ça ne doit pas être un tabou. Nous existons en tant que parents, nos enfants existent. Nous sommes là, parmi vous.
Hier, aujourd’hui et peut-être demain.
Hier c’était moi alors ce blog est essentiellement et évidemment pour mon petit garçon,
mon petit soleil, mon amour fou, pour qu’il vive au-delà de ce jour maudit.
Qu’il soit là dans le monde et pas seulement qu’en mon cœur. Pour que sa vie fulgurante ne devienne pas un mauvais souvenir qu’il faudrait taire pour apaiser quelque fureur diabolique.
Que sa mémoire vous fasse aussi peut-être embrasser plus longuement vos enfants, pour leur dire peut-être plus souvent comme ils vous rendent heureux, comme vous les adorez.
Je t’aime tant et si fort mon petit chaton tout mignon.

Puis, en ces temps où dénigrer, stigmatiser, insulter et condamner sans scrupules les homosexuels est devenu acceptable, je ne pouvais me taire. Par manque de force, d’énergie et pour préserver ma santé mentale (et mon casier judiciaire), je ne suis pas allée combattre ces neuneus haineux sur le terrain, non. Je le regrette et j’avoue que ça ne m’aurait pas déplu en d’autres temps moins sombres.
Alors mon acte « militant » est ce blog. Ma voix n’est qu’une goutte d’eau bien sûr mais j’ai l’espoir, peut-être naïf, de toucher des gens par mon histoire, nos souffrances et nos combats.
Ma famille est homoparentale, ma future femme est étrangère, mon fils (non biologique) est mort, regardez ce que vous faîtes de ma vie en me refusant des droits qui en aucun cas ne vous léseraient ! Regardez le tour de l’Europe que vous me faîtes faire ! Regardez la peur et la paranoïa que vous m’infligez, à nous, à nos enfants ! Regardez-moi ! Regardez-vous dans le miroir !
Nous sommes pourtant comme vous, nos larmes, nos douleurs sont les mêmes pour tous, justement.

L’année de ce blog aura donc vue la loi sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples de même sexe adoptée, non sans douleurs et haines. Tout n’est pourtant pas soudainement idyllique, il y a encore des couacs dans les tribunaux et il faut toujours un dossier épais et solide justifiant exhaustivement son rôle de bon parent depuis le premier jour, sans compter les milliers d’euros (encore!) en frais de procédure divers et variés.
Quant à la PMA, elle est passée aux oubliettes, rangée sous le tapis, tout simplement.
Le changement c’est maintenant mais pas trop vite surtout.

Il y a 1 ans, nous avions à peu près 1 chance sur 20 que Honey tombe enceinte avec les IAD que nous n’avions pas encore débutées, aujourd’hui en ayant changé de protocole,
c’est 1 sur 2. Nous roulions vers le nord de l’Europe, aujourd’hui nous volons vers le sud.
Entre-temps, Honey a fait une fausse-couche, une petite comète d’à peine 2 mois qui aurait dû naître ces jours-ci au moment même où nous commençons ce grand voyage vers notre petite étoile.

Beaucoup de choses se sont donc passées durant cette année de blog et beaucoup d’autres n’ont pas eu lieu. Beaucoup de gens ont disparu et beaucoup d’autres se sont révélés.
Vous par exemple, je ne vous connaissais pas, pas plus que vous ne me connaissiez
(ou presque pour certains).
Pourtant vous avez été là, m’avez aidée, écoutée ces heures durant, vous avez pris parfois le soin de me dévoiler de gentilles et touchantes paroles et m’avez regardée pleurer en me prenant la main ou même encouragée dans les sombres moments et si aujourd’hui je me sens un peu plus forte, un peu plus confiante mais aussi plus acharnée, c’est aussi grâce à vous, vraiment.
Alors au moment de célébrer cette année de noviciat de blog, je suis réellement émue et reconnaissante de pouvoir vous dire du fond du cœur Merci infiniment !
Merci de me lire, de me parler, de partager, merci d’être entré un peu dans ma vie,
pour le pire et j’espère un peu plus qu’un jour, le meilleur.

Publicités

6 réflexions au sujet de « 36841 mots plus tard »

  1. panambi

    pour ma part je continuerai de te lire jusqu’au meilleur et après, et je continuerai de penser à votre soleil un peu chaque jour au travers de mes enfants.

    Répondre
  2. yael

    C’est toi qui partage, nous ne faisons qu’essayer de te soutenir et c’est toi qui dit « merci » ?
    Tu es incroyable !
    MERCI à TOI !
    Du partage, de l’humanité qui émerge de tes lignes, de ta colère envers ce système …
    Je me rappelle aussi d’un post ou tu nous expliquais « comment faire » pour accompagner des parents endeuillés.
    Je crois que c’est ce post qui m’avait donné la force de te répondre et pas seulement de te lire.
    Car tu le sais mieux que personne …peur de mal faire…d’en dire trop ou pas assez.
    Et ça vous isole encore plus.
    J’ai un frère schizophrène…et même si c’est différent bien sûr, ce sont les mêmes « mécanismes d’isolement ».
    Moi j’ai arrêté d’en parlé car je n’avais plus le courage d’affronter le silence ou la bêtise, la maladresse … alors Bravo !

    Tu es du côté de la vie !
    Voila je ne sais pas si tu le vois comme ça mais moi je te sens si fort du côté de la vie …mal grès les mondes souterrains dans lesquels tu séjournes à cause de la disparition de ton petit soleil.

    Je suis impressionnée …c’est toi qui souffres, toi qui donne les clefs pour qu’on puisse un peu ouvrir la porte et te dire « Bonjour, on ne se connait pas mais j’ai mal avec toi. Je ne suis pas à ta place mais je partage ta souffrance, et tes espoirs et ton amour.  »
    Merci de nous donner les clefs…merci, MERCI beaucoup.

    Un abrazo para ti, Honey y pequeño sol.

    Répondre
    1. mamanfwoggie Auteur de l’article

      Oh oui, les mécanismes d’isolement, insidieux et sournois qui partent parfois de « bons sentiments », c’est un des pires effets secondaires, quelle que soit l’affliction qui nous atteint. C’est toujours dur de rester du côté de la vie quand l’autre côté serait si tentant et tellement plus calme et serein.On découvre parfois des ressources inespérées ou inconnues jusqu’alors mais qui nous permettent de résister à cet au-delà pourtant si brillant. Tes mots me touchent beaucoup encore une fois par ce recul que je n’ai pas et par cette sincérité qui me bouleverse à chaque fois. Je crois qu’on peut se remercier mutuellement alors…. :-*

      Répondre
  3. typhaine

    Quelques mots pour dire que je crois que ce blogue est en effet un acte militant, sans besoin de guillemets.

    Je suis arrivée ici par le biais de followingmysun… J’ai lu plusieurs de tes billets et ça me fait du bien, malgré l’immense injustice qu’est la perte de votre petit soleil.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s