D’Aurora à Hespéra

Parties à l’aube pour Gent, le ciel a peu à peu embrasé les plaines de Picardie jusqu’à dessiner la vie et les clochers des villages en ombres chinoises, féerie de l’aurore.
Accueillies à l’hôpital par des tableaux de visages du monde…vieille femme africaine,
nouveau-né péruvien, femme touareg ou indien de l’Amazonie….laisser la pluie à la porte pour
un voyage à travers les couloirs.
Patienté dans la salle d’attente en feuilletant des magazines, reflet d’une culture flamande
déconcertante et exubérante puis soudain l’indicible joie de voir le prénom de notre fils au
détour d’un article et d’une couverture. Du soleil dans nos cœurs.
Il y a 11 mois naissait notre petit soleil et au moment de tenter de concevoir ce deuxième
enfant, son absence se ressentait tel un pic à glace enfoncé dans mon cœur de maman.
Son doux prénom inscrit sur le tee-shirt Petit prince de Honey pour l’avoir au plus près.
Partagé, après l’insémination, ce moment de calme si intime, si rare dans ce processus où
Honey passe son temps à se dévoiler à des inconnus. Chœur de rires et de sourires qui allègent
un peu le poids de cette date et l’infinie tristesse de n’avoir que nos bras vides à présenter.

Ensorcelées par l’odeur alléchante de la Frituur Jozef à Vrijdagmarkt dans le centre-ville de Gent.
Le plaisir simple de déguster des frites natures ordinaires mais délicieuses à se damner.
Un copain chat croisé derrière une fenêtre, bien au chaud, beau et fier comme un roi félin.
Et toutes ces sculptures de têtes couronnées à chaque coin de rue, ces blasons autour de Jacob Van Artevelde comme autant de rappels à ces batailles de l’Histoire, de la vie.
Don’t give up chanterait Kate Bush.
Au moment de quitter les Flandres, un déluge s’abattait sur nous, une pluie diluvienne balayée de rafales de vent qui nous plongeait dans un brouillard nébuleux surréaliste puis au sortir du Nord, le ciel se déchirait de couleurs crépusculaires et fauves, transpercées par endroits d’éclats éthérés jusqu’à nous plonger dans une peinture de William Turner.
Ces explosions célestes de couleurs et de lumières ont été si intenses et magiques qu’elle
restent toujours gravées dans ma mémoire.
Du lever au coucher du soleil, un voyage éclair constellé d’étincelles pour un jour, une nuit peut-être toucher les étoiles pour de bon et garder ce soleil avec nous.

Publicités

2 réflexions au sujet de « D’Aurora à Hespéra »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s