L’attente du pire

picasso 1937

Picasso- La Femme Qui Pleure- 1937

Après 10 jours de sommeils agités, de maux de ventre terribles et d’anxiété quotidienne,
je peux enfin respirer, m’accorder un répit. Jeudi dernier, nous avons eu la confirmation que la fausse couche était passée et qu’Honey était en parfaite santé. Malgré les circonstances, elle a tout de même eu la chance d’échapper à une intervention chirurgicale et c’est déjà une victoire.
Ces 10 jours ont été comme une sorte de No Man’s Land pour nous. Notre vie comme en
suspens, en dehors du monde. Nous ne faisions qu’attendre. Attendre ce moment où Honey
allait prendre ces fameux médicaments censés déclencher la fausse couche.
Impossible de faire quoi que ce soit, d’avoir envie de quoi que ce soit, j’étais paralysée par cette attente. Lorsque Honey a pris le premier, on a anxieusement attendu ses effets toutes la
journée.
Après 24h de prise de cachets sans aucun résultat, les idées noires de mon cerveau tournant à plein régime m’ont graduellement rendue malade.
Après 48h de traitement sans la moindre évolution, j’ai fait une crise d’angoisse au petit matin du 3e jour et j’étais désormais persuadée que l’on passerait les prochains jours à l’hôpital avec une hystérectomie à la fin.
La gynécologue a mis fin à cette agonie et se basant sur les dires de Honey, la fausse couche avait dû se dérouler juste après l’échographie de la découverte de l’arrêt de la grossesse.
Comme l’on s’imaginait que ce serait plus douloureux et plus gore, nous ne l’avions pas identifié en tant que tel.
Cela faisait donc 10 jours à angoisser pour rien et à attendre quelque chose qui s’était déjà
passé. 10 jours à imaginer le pire, 10 jours où l’on s’est peu à peu éteintes, 10 jours à se rendre
malades. Pour rien.
C’est rageant et contrariant mais le soulagement est proportionnel à l’angoisse générée.
Aurais-je ici même inventé une nouvelle loi psychique?
En revanche, cette fausse couche m’aura fait revivre le départ de mon petit soleil dans chacun de mes « rêves » de chacune de ces 10 nuits. J’ai tout revu encore et encore comme dans un
film.
Du moment où il est né et de cette incroyable lumière et amour qui ce jour-là sont sortis de mon être pour un autre petit être jusqu’à l’obscurité et le désespoir le plus total quand il est
parti vers les étoiles.
Mes songes m’ont fait revivre cette panique intérieure lorsque j’ai découvert les premières tâches de la maladie sur ces petites jambes potelées et si douces. Mon inconscient m’a rappelé ce vide si soudain et terrifiant à la vue des visages décomposés des médecins. Cette douleur
fulgurante et insupportable est revenue toute fraîche dévastant tout mon corps et mon
cerveau. Pendant ces 10 jours, tous ces cauchemars et ces plaies réactivées m’ont vidée,
littéralement.
Je n’aspire qu’à l’apaisement et pourtant ce même jour, j’ai appris qu’une de mes collègues
venait de perdre son bébé à quelques jours d’accoucher, un petit garçon aussi. Quand on a vécu l’inconcevable douleur de perdre un enfant, on ne veut surtout pas que cela arrive à d’autres.
Même à ses pires ennemis.
Je sais dorénavant comment cela va se passer pour elle, les étapes qu’elle va traverser,
la douleur inouïe et toute la vie qui change alors ma tristesse est si profonde pour elle, lui ,eux.
Même si je la connais peu, je serai là pour elle, que ce soit demain, dans 3 semaines, 6 mois ou 2 ans.
C’est tout ce que je peux lui offrir, c’est tout ce que l’on peut s’offrir.
C’est une curieuse période qui s’annonce, je la fantasme comme un long fleuve tranquille,
je la voudrais reposante et calmante.
Est-ce déjà trop espérer ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’attente du pire »

  1. isa

    j’ai beaucoup pensé a vous, je savais que tu ecrivais un blog qq part, j ai eu du mal a remettre la main sur l adresse de celui ci.
    Arrivée à bon port, je constate que tes ecrits m émeuvent toujours autant…tout comme tes illustrations.
    J’espere sincerement q une autre planete prendra vite place dans votre galaxie.
    Panambi

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s