Les chats ne font pas des chiens

On a énormément de chance, mes chats sont des crèmes. Ils sont gentils, obéissants (enfin presque) et câlins bref, ils sont juste adorables.
Pendant la grossesse de Honey, ma femme, MicMic, la femelle, passait son temps à se lover contre son gros ventre. Mon petit soleil à l’intérieur lui donnait souvent des coups et elle restait là, sans broncher à regarder Honey de ses yeux morts d’amour. TchaTcha, le mâle a commencé à devenir de plus en plus câlin à cette époque, lui qui ne supportait pas de rester sur les genoux.
Quand on est rentré de l’hôpital juste toutes les deux, ce sont eux qui nous ont forcées à avoir une routine, qui nous ont un tant soit peu responsabilisées pour ne pas totalement et absolument partir à la dérive. Ils étaient là et il fallait bien s’occuper d’eux.

Je pense aussi qu’ils avaient compris, à leur manière. MicMic venait sur les genoux de Honey mettre sa patte sur son ventre désormais plat avec une intensité de regard incroyable.
Durant tout le mois suivant, ils n’avaient jamais été aussi sages et gentils. Ils nous suivaient partout comme de véritables chiens, ils attendaient sans même nous réveiller qu’on se lève pour leur donner à manger. Quand on s’effondrait de chagrin, tous deux s’approchaient doucement pour nous consoler en se frottant à nous avec un regard de compassion si humain.

Même s’ils ont repris peu à peu leurs petits travers, miauler aux portes fermées, nous réveiller pour manger ou jouer à la baballe dans le lit à 5h du matin, ils sont de plus en plus attachés à nous et affectueux. Un peu de chaleur dans toute cette froideur.
Lorsque la tristesse m’envahit, le simple fait qu’ils soient là me fait sentir mieux. Regarder leurs jolies petites têtes si expressives, les voir jouer entre eux, observer leur caractère est souvent plus divertissant que regarder la télé.
Quand l’un des deux passe un long moment sur mes genoux, non seulement il est doux comme de la soie à caresser mais il me donne chaud, calme mes tensions et son ronronnement régulier m’apaise mieux qu’un xanax.

Je les connais par cœur, MicMic est une chasseuse et combattante hors-pair, vive et précise tandis que TchaTcha est plus lent et pataud mais plus fort. MicMic est prudente avec ce qu’elle ne connaît pas alors que TchaTcha fonce tête baissée, danger ou pas. MicMic joue à la baballe en papier qu’elle nous ramène cent fois pour qu’on lui lance à nouveau, un jeu sans fin pour elle. TchaTcha devient fou et acrobate averti dès que l’on sort « son » plumeau ou le laser. MicMic raffole de pâtisseries orientales et de biscuits apéros et TchaTcha se damnerait pour du café moulu et du chocolat.
Ce sont aussi les purs clichés d’un mâle et d’une femelle ! MicMic passe des heures à se laver, s’amourache de chaussures, est gracieuse dans chacun de ses mouvements et réfléchit avant chaque décision. TchaTcha est plus laxiste sur la toilette, rate régulièrement ses sauts, ne réfléchit qu’une fois passé à l’action et surtout il est plus «sportif» que sa sœur, ouvrir des portes scotchées, des tiroirs coincés ou essayer d’atteindre l’ultime étagère sont ses défis quotidiens.
Frère et sœur, ils passent leur vie ensemble depuis le début. Ils dorment souvent l’un contre l’autre, se cajolent régulièrement, jouent et se battent quotidiennement. Ils ont la belle vie et les voir heureux fait quelque peu remonter mon estime après le passage de mon étoile filante.
Et puis, je les aime, tout simplement alors ils m’emplissent de bonheur chaque jour, encore plus qu’avant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s